J'ai obtenu mon diplôme d'état de psychomotricien en 2007.

Actuellement, j'exerce ma profession de psychomotricienne au service petite enfance de la ville de Courbevoie ainsi qu'en libéral à Nanterre, dans un cabinet paramédical situé au 3 bis rue du docteur Foucault, 92000 NANTERRE.

Sur prescription médicale, j'y reçois des patients de la petite enfance à l'âge adulte, présentant un retard de développement psychomoteur, des troubles psychomoteurs tels que : troubles de la latéralité, de l'organisation spatio-temporelle, du schéma corporel, de l'image du corps, de la maturation et régulation tonique, du graphisme, de l'attention, de la concentration, des praxies, mais également des enfants présentant une hyperactivité, ou au contraire une inhibition psychomotrice, une déficience intellectuelle ou une précocité intellectuelle, ...

Un certificat de Graphomotricité m'a également été délivré, me permettant d'effectuer un travail approfondi autour des troubles du graphisme chez l'enfant, comme chez l'adulte.

Un peu d'histoire

La psychomotricité est née, en 1947, de la rencontre d'une kinésithérapeute et d'un neuropsychiatre.

Cette rééducation est basée sur le travail du corps et des mouvements. Le psychomotricien utilise des techniques de relaxation, d'expression corporelle ou plastique, et propose aux patients des activités rythmiques, des jeux, des exercices d'orientation... En résumé, il rééduque des fonctions mentales et motrices perturbées, par l'intermédiaire du corps.

Un décret de compétences est apparu dans le Journal officiel le 8 mai 1988.

L'exercice libéral de cette profession est aussi autorisé depuis 1988 mais il faut savoir que les actes de psychomotricité ne sont sauf cas exceptionnel, pas remboursés par la Sécurité sociale, (certaines mutuelles prennent en charge une partie des frais).

Définition de la psychomotricité

L'activité motrice est essentielle à tout individu pour son développement et son adaptation à l'environnement. Le développement psychomoteur résulte des fonctions neurophysiologiques et de leur maturation en interaction avec le vécu affectif et le développement cognitif. Ainsi l'enfant chemine à chaque âge vers un équilibre psychomoteur sous l'effet des stimulations de son entourage affectif et social. Il s'agit là des fondements d'un développement qui ne cesse de se poursuivre et de se réajuster avec les expériences qui accompagnent l'adolescence, l'âge adulte et la sénescence.

Le travail du psychomotricien vise à rééduquer le patient confronté à des difficultés psychologiques qui se traduisent corporellement (somatisation, stress, anxiété etc.).

Le psychomotricien fait intervenir le corps dans l'action; il rééduque par l'harmonie corporelle, aide le patient à se réapproprier son corps, à retrouver un bien-être, un équilibre perdu. Cela pourrait se résumer par : "Bien dans son corps, bien dans sa tête". En effet, il existe un lien fort entre le corps et l'esprit. Le psychomotricien cherche alors à avoir un regard global sur la personne. Il s'intéresse à la fois à son histoire personnelle et à ses compétences motrices.

Le psychomotricien intervient auprès des femmes enceintes, des bébés, des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées, que ces personnes soient confrontées à des difficultés d'adaptation et de comportement, déficitaires ou handicapées ou simplement temporairement fragilisées.

Il met en place une thérapie dont il évalue périodiquement les résultats. Il utilise des techniques comme l'expression gestuelle, la relaxation, les activités rythmiques, de jeu, de coordination, lors de séances individuelles ou en groupe.

L'efficacité de la thérapie dépend en grande partie de la relation entre le patient et le thérapeute.

Le psychomotricien est appelé à collaborer avec des médecins, psychiatres, psychologues, orthophonistes, ophtalmologues, kinésithérapeutes, infirmiers, puéricultrices, assistantes sociales, enseignants, éducateurs...

Il doit faire preuve d'écoute, de compréhension, de disponibilité, de patience et d'observation.